Mon invitation aux hauts potentiels

Je me mets en colère régulièrement, comme vous peut-être, quand je lis des livres ou des articles d’auteurs qui adoptent une position racoleuse pour s’adresser aux hauts potentiels.

Le message porté par ces auteurs est que vous êtes des victimes de l’ignorance crasse des autres, et que votre souffrance n’a d’égal que votre grand intellect. Ah et j’oubliais: que le monde tourne grâce à vous !

Ce message, outre le fait que si vous êtes atypiques, vous n’en êtes pas dupe, a pour conséquence d’accentuer la différence et d’opposer très clairement les HPI au reste de la population. En plus de les murer dans une tour d’ivoire.

Je ne reproduirai pas ici la litanie de poncifs que je vois fleurir en ce moment, car vous les trouverez très bien par vous-même, par contre je refuse d’accentuer ce clivage.

Ce n’est ni ma philosophie ni mon approche et ce n’est certainement pas ce que je transmets aux personnes que j’accompagne.

La première chose que je travaille avec elles c’est le « Connais toi toi-même » de Socrate que nous abordons sur 2 niveaux: connaître sa personnalité et apprivoiser sa douance.

La deuxième chose que nous travaillons ensemble est de mieux comprendre l’Autre, également sur deux niveaux : les types de personnalités existantes (abstraction faite de la douance) et la neuro-typicité.

À partir de là, nous co-construisons des stratégies permettant de mieux communiquer, interagir et construire avec les autres, TOUS les autres; pour plus de sérénité et moins de frustrations. Et cela fonctionne !

Mon invitation est donc de faire tout d’abord preuve d’humilité en découvrant qui l’on est, de curiosité en découvrant qui sont les autres, et de vision en construisant des échanges profonds et sincères.

Ah si j’étais né(e) au XVIème siècle…

Voilà un questionnement qui revient souvent dans mes échanges avec mes clients: comment choisir une carrière quand « choisir, c’est renoncer » ?

Cette vidéo TED  est un classique mais elle fait du bien alors je vous la partage pour réflexions.

 

Avez-vous développé les 3 super-pouvoirs des multipotentiels?

  • La synthèse des idées soit le fait de combiner des idées de champs très différents pour stimuler l’innovation
  • Un apprentissage rapide qui permet d’appréhender de nouveaux champs de compétences
  • L’adaptabilité qui permet de s’adapter au changement de contexte en fonction des besoins

Faut-il cultiver sa multipotentialité ou la combattre ?
Faut-il s’éparpiller ou se recentrer ?
Faut-il se nourrir ou se frustrer ?
Vous avez sûrement déjà la réponse en ce qui vous concerne…
Partagez- la nous dans les commentaires.

« Être normal » ou la quadrature du cercle

Il y a des énigmes qui ne peuvent pas être résolues…

Parmi celles-ci, on trouve la « quadrature du cercle », problème sur lequel se sont penchés de nombreux mathématiciens au fil des siècles. Pour rappel, il s’agit de construire un carré de la même aire qu’un cercle donné avec une règle et un compas. Bref, c’est impossible.

Cette image m’est revenue quand une de mes clientes surdouée m’a dit : « je voudrais changer pour être normale, comme les autres ».

Pour moi, outre le fait que ce n’est pas souhaitable, c’est impossible. Ce n’est pas souhaitable, car la diversité créé la richesse. Le fait d’avoir des personnes avec des sensibilités différentes, des expériences différentes, des modes de raisonnement différents, apporte énormément de créativité dans les échanges et les recherches de solutions dès lors que les personnes apprennent à se parler et à s’écouter.

Mais fondamentalement, les surdoués fonctionnent différemment des autres. Bien sûr, ils apprennent à mieux comprendre les autres, à mieux se faire comprendre et à mieux communiquer. Mais ils ne deviendront jamais « comme les autres ». Leur cerveau ne changera pas de mode de fonctionnement. C’est donc une demande vaine.

Et cette même cliente, quelque temps plus tard, l’a bien résumé en me disant en lieu et place de « je suis trop différente » : « nous sommes tous complémentaires ». C’est cette nouvelle approche, celle qui transforme l’incompréhension du début en enrichissement des points de vue, qui va lui être très utile dans ses relations aux autres et dans son futur.

Et vous, avez-vous aussi déjà rêvé d’être « comme les autres » ?