Foire aux questions

Qu’est-ce que le coaching en douance ?

Je travaille avec mes clients surdoués comme je travaille avec les autres professionnels, gestionnaires ou entrepreneurs. Ils se fixent des objectifs à atteindre, je les aide à prendre des décisions et à passer à l’action, nous nous appuyons sur leurs forces plutôt que sur leurs faiblesses et nous fêtons leurs réussites.

Toutefois, je comprends bien le mode de pensée et les comportements des adultes surdoués et mes clients se sentent ainsi mieux accueillis et mieux accompagnés.

Comment savoir si l’on est surdoué(e) ?

Si vous n’avez pas fait l’objet d’un diagnostic dans l’enfance, vous cherchez peut-être une explication à des comportements que vous juges ou que les autres jugent « différents » des gens qui vous entourent. Je conseille en général 2 étapes simples, non obligatoires mais hautement informatives:

– Lire les livres recommandés dans cette section. Cela devrait vous donner de bons indices…

– Obtenir un diagnostic de douance en passant un test auprès d’un psychologue

Références sur cette page

Est-ce que vous ne coachez que des surdoués ?

Non pas du tout. Je dirige un cabinet de coaching d’affaires appelé Dixit Coaching, dans lequel nous faisons en sorte de trouver le meilleur coach pour chaque client. Ce peut être moi en tant que spécialiste de la douance mais cela peut aussi bien être un autre coach que nous vous proposerons si vous préférez travailler avec quelqu’un d’autre.

Faites vous du coaching de vie ?

Non. Notre spécialité chez Dixit est le coaching d’affaires. Nous accompagnons donc les personnes sur des thématiques d’entrepreneuriat, de stratégie, d’ouverture de nouveaux marchés, de développement des affaires, de management, de leadership ou de progression de carrière. En revanche, nous laissons les thématiques de vie (naissances, deuils, amour, projets personnels…) aux bons soins des psychologues, thérapeutes ou coachs de vie.

Et si je n’habite pas à Montréal ?

Je travaille avec des clients qui parfois résident très loin (en ce moment Lyon, Sept-Îles au Québec ou San Francisco). Nous faisons les séances par Skype et obtenons les mêmes résultats. Bien entendu, si nous avons l’occasion de nous rencontrer pour prendre un café, c’est un plus mais ce n’est pas une condition indispensable pour travailler ensemble.

Comment travaillez-vous?

Je pose beaucoup de questions me basant sur les techniques de base du coaching à savoir le questionnement socratique et la maïeutique.
Je donne aussi beaucoup d’explications sur le fonctionnement de l’humain en général, et les comportements des atypiques et des non-atypiques en particulier.
Je donne quelques conseils quand cela me semble approprié et des références ou contacts réseaux quand cela peut être utile à mes clients.

Comment vous tenez-vous à jour?

Je me documente en permanence, découvrant évidemment la littérature spécialisée sur la douance mais aussi les disciplines connexes comme la psychologie ou les avancées des neurosciences.
Je participe à des formations données par mes confrères et m’investit dans des associations ou groupes de partage sur le sujet.